COMPTE RENDU
REUNION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL

au sujet du nom de la rue dite « rue du Maréchal Pétain ».
Jeudi 14 mars 2013


Présents : Sébastien Charuel, Alain Chavanne, Nicolas Chavanne, Didier Da Silva,
Aymeric Dupuis, Patrick Gondouin, Pascal Toupet.
Excusés : Pascal Gervaise

20h30
M. le Maire ouvre la séance et relate brièvement les faits.
Il informe l’assemblée de l’article de presse paru dans l’Est Républicain, du reportage télévisé pour France 3 Lorraine et des réactions sur le Web.
Il rappelle ensuite et très brièvement l’histoire du Maréchal Pétain, qui a gagné brillamment les batailles de Verdun ce qui lui a valu un succès populaire certain à cette époque, mais qui, malheureusement, dans le cadre de la seconde guerre mondiale, est devenu le responsable du Gouvernement de Vichy, avec la collaborations et la déportation de millions de juifs… Condamné à mort à la fin de la guerre en 1945, sa peine a été commuée en prison à vie ; le maréchal Pétain est d’ailleurs mort en prison.
Puis les participants demandent des précisions sur la personne qui est à l’origine des articles dans la presse et du passage à la télévision.
M. le Maire précise qu’il s’agit de M. Jean THOUVENIN, ancien combattant, qui curieusement, précise-t-il, a récemment (l’an passé) publié ses mémoires. Est-ce une publicité qui relancerait cet ouvrage ? Puisque M. THOUVENIN était au courant de l’existence de cette rue depuis 3 ans, lors de la parution dans le journal de la naissance du dernier fils de M. Dupuis résidant dans la rue incriminée, pourquoi attendre si longtemps pour agir ? M. le Maire ajoute aussi que M. THOUVENIN n’avait que 13 ans en 1939, il a donc été le témoin, certes, des faits, mais probablement pas un combattant durant cette guerre.
Plusieurs conseillers sont de cet avis, ils pensent que sans doute ce serait aussi une publicité pour son livre.
M. le Maire rappelle que ce n’est qu’une supposition mais il ajoute qu’il regrette que M. Jean THOUVENIN ne se soit jamais adressé à la commune, ni par téléphone, ni par courrier, ni par rendez-vous pour évoquer ce problème qui semble lui tenir tant à cœur. Lui-même et le conseil Municipal auraient bien évidemment été à son écoute ; pourquoi avoir choisi d’alerter la Préfecture, le Député, le Ministère et finalement les médias…. C’est un procédé qui n’est pas très correct. La commune aurait pu être informée et nul doute que le Conseil Municipal aurait pris en compte les remarques de M. THOUVENIN
M. Alain CHAVANNE, ancien maire, relate la visite du journaliste de l’Est Républicain et son attitude assez désagréable, ce que M. Guy FOURNIER confirme. M. Alain CHAVANNE informe le Conseil de sa démarche auprès du Directeur de l’Est Républicain : il a exprimé, au nom du village, son mécontentement et précisé qu’il trouvait la procédure du journaliste maladroite, désagréable. Le directeur a évoqué la possibilité, après discussion en Conseil Municipal, de faire paraître un nouvel article sur le sujet.
M. Didier DA SILVA informe que cela ne le dérange pas que cette rue s’appelle Maréchal Pétain : pour lui, le temps fait prescription. Toutefois, il n’est pas contre un changement, cela lui est égal.
M. Aymeric DUPUIS n’est pas d’accord pour le changement de nom, ce changement étant provoqué par une seule personne. Changer de nom ne lui paraît pas justifié d’autant plus qu’il habite cette rue et que cela entraine des complications pour modifier les adresses sur tous les documents (documents officiels notamment.)Il pense que la majorité des personnes ne se sentent pas concernée par cette affaire, il a 30 ans, la guerre est loin. Et puis justement parce que c’est la dernière rue de France à s’appeler Maréchal Pétain, ce serait bien de garder le nom.
M. Guy FOURNIER rappelle que le Maréchal Pétain a été un grand homme en 14/18 et qu’il a fait de « grandes choses », mais qu’il en a fait de bien mauvaises dans sa vieillesse. Il pense qu’il faut débaptiser cette rue, son nom pouvant même nuire aux résidants, en raison justement du passé négatif du Maréchal. Il précise que suite à l’article, Belrain a désormais une étiquette. Il propose un nouveau nom : rue de la Fontaine, puisque la fontaine est située devant chez lui, précisément dans cette rue.
M. Pascal TOUPET précise que c’est surtout les personnes habitant la rue qui sont concernés. Il pense que ce n’est pas parce qu’il y a polémique qu’il faut absolument trancher et que dans 15 jours on n’en parlera plus. Toutefois, un peu plus tard dans le débat, il précise que le centenaire de la guerre, qui va bientôt être à l’ordre du jour, pourrait bien relancer l’affaire.
M. Sébastien CHARUEL précise que cette affaire – qui a déjà été évoquée par deux fois en Conseil Municipal, sans pour autant être débattue – doit être une fois pour toute réglée. Il est d’accord pour le changement de nom, mais ne s’opposera en rien si le nom est conservé. Il pense aussi qu’il faut privilégier la tranquillité de la commune.
M. Nicolas CHAVANNE indique que cette controverse arrive alors que personne, lui y compris, n’avait mesuré l’importance du problème. Face à l’histoire, au village et même si le Maréchal Pétain en 1914 a sans doute fait partie de l’histoire de Belrain - d’où la plaque de rue - il profiterait de la polémique actuelle pour changer le nom. Et pourquoi ne pas la baptiser du nom de résistants comme Lucie et Raymond Aubrac ou Stéphane Hessel, afin de montrer qu’à Belrain on a été sensible à cette période et inverser un peu les choses.
M. le Maire rappelle qu’il avait soulevé le problème du nom de la rue Maréchal Pétain lors d’un Conseil Municipal et que pour lui c’est quelque chose d’important. Sans nier la période de gloire du Maréchal, on ne peut ignorer la deuxième partie de sa vie avec le régime de Vichy, la milice, les déportations de milliers de juifs…. Il pense que cela donne une image de marque très négative au village et pour lui, il faut changer le nom de cette rue.
M. Alain CHAVANNE informe qu’il est également pour le changement de nom.
Un historique des maires qui se sont succédés à Belrain et des hypothèses de date quant au choix du nom de la rue Maréchal Pétain a lieu, sans toutefois apporter des réponses précises. M. le Maire rappelle qu’en 1931, cette rue s’appelait encore Grande Rue dite « rue basse » et M. Pascal TOUPET propose de se renseigner plus précisément.
S’en suit une discussion sur le vote à main levée ou à bulletin secret. Finalement le Conseil Municipal vote à main levée.
Pour le changement de nom : 7 voix
Contre le changement de nom : 1
La rue Maréchal Pétain est donc débaptisée.
M. le Maire propose au Conseil de consulter l’ensemble des électeurs pour le choix des noms de cette rue, d’une impasse et encore d’une autre rue, non encore baptisées. Toutefois, le Conseil Municipal statuera sur le nom de ces trois rues.
Il informe aussi que la place arborée nouvellement créée s’appelle la place au dessus des ailes, nom de la rue où a été implantée cette place.
A l’unanimité, le Conseil Municipal valide la consultation des électeurs qui pourront proposer des noms pour les 3 rues à baptiser.